L’armée de métier au Moyen-Age : les lansquenets

Le XIVe siècle vit l'apparition de la première armée proprement nationale, ou, si l'on préfère, la première armée populaire. Il s'agit de l'armée suisse, qui était composée de paysans libres et de bourgeois des villes. Tous les Suisses de sexe masculin physiquement aptes au service étaient soumis à la conscription et pouvaient porter des armes. Toutefois, en pratique, l'armée ne se composait que de volontaires, le nombre de soldats fournis par chaque canton étant proportionnel à celui de ses habitants. De plus, on recrutait par conscription les jeunes gens particulièrement forts et valides pour en faire des piquiers.

Le principe de la conscription générale, dans un pays d'à peine plus de 500.000 habitants vivant presque exclusivement d'une agriculture de subsistance, ne pouvait manquer avoir des répercussions à la fois sur la stratégie et sur la tactique. Le fait de maintenir ne fût-ce que 4 ou 5% de sa population masculine sous les armes représentait un fardeau qu'un pays comme la Suisse pouvait difficilement supporter pendant une longue période. Il fallait labourer la terre et s'occuper du bétail. Aussi les hommes ne pouvaient-ils servir que pendant des périodes relativement courtes. C'est pourquoi les armées suisses ne s'engageaient jamais dans une guerre d'usure : il leur fallait anéantir rapidement l'adversaire. En tant que formation tactique, elles recouraient à l'ancien groupement germanique en carré, constitué selon la parenté et la commune ; mais, en cas de bataille, cette formation ne pouvait se contenter de disperser l’ennemi ; l'objectif des milices suisses était donc d'empêcher par tous les moyens l'adversaire de récidiver. Comme il leur ait strictement interdit de faire des prisonniers, tout homme tombant aux mains des Suisses était froidement massacré. Et, bien que les Suisses s'intéressassent fort au butin, ils prêtaient serment de ne pas dépouiller les cadavres de leurs ennemis avant que la bataille fût terminée par une victoire. En effet, tant la capture de prisonniers que le pillage faisaient perdre du temps et différaient l'issue de la bataille ; pour cette raison, les hommes coupables de l'une l'autre de ces actions passaient en cour martiale, où ils étaient, au minimum, condamnés à avoir un bras coupé à l’épée, mais où il arrivait aussi que les juges rendissent sentence de pendaison ou de décapitation. Pendant les guerres de Bourgogne, une petite ville qui offrit quelque assistance aux Suisses vit sa population entière — hommes, femmes et enfants — exterminée sans miséricorde. La garnison d'un château fut précipitée dans le vide du sommet d'une des tours, et ceux qui avaient réussi à se cacher furent ligotés et jetés vivants dans un lac voisin.

Le centre des formations militaires suisses consistait en hommes armés légèrement, équipés de haches longues ou courtes et de petites épées. Ils étaient entourés de plusieurs rangées de piquiers, dont le rôle était de battre en brèche les lignes des attaquants. Les arbalètes et, plus tard, les armes à feu jouaient un rôle mineur, car les Suisses cherchaient à engager aussi vite que possible un corps à corps avec l'ennemi : pour cela, il est évident que les hommes armés d'épées, de piques et de haches jouissaient d'un grand avantage. L'excellente coordination de leurs armes de combat rapproché conférait aux Suisses, sur le champ de bataille, la vigueur et la fermeté qui avaient toujours fait défaut aux troupes à pied de l'armée féodale au cours des siècles précédents. Face à une formation suisse, les cavaliers ennemis étaient arrêtés par les piques, et cela suffisait à empêcher ceux qui se trouvaient derrière eux d'avancer. Ceux que les chevaliers du Moyen Age appelaient avec mépris les "valets" (en Italie"i fanti", d'où découle le mot "fantassin") constituèrent, avec la stratégie suisse, une "infanterie" à part entière, et celle-ci devint une "arme" aussi importante que les autres sur tous les champs de bataille d'Europe.

More / La suite sur le blog THEATRUM BELLI

Views: 291

Comment

You need to be a member of Landsknecht.org to add comments!

Join Landsknecht.org

Photos

  • Add Photos
  • View All

© 2019   Created by Jonas Samuelsson.   Powered by

Badges  |  Report an Issue  |  Terms of Service